Une côte blessée – que faire ?

Publié le : 27 octobre 20219 mins de lecture

Un bleu de côte est causé par une force externe, par exemple un impact ou une chute. Cela se produit souvent lors d’activités sportives ou d’accidents de la circulation. L’impact se traduit par un écrasement des tissus mous. Les petits vaisseaux sanguins du périoste entourant les côtes ainsi que le tissu adipeux sous-cutané sont lésés, de sorte que de petits saignements peuvent survenir. Les fibres nerveuses irritées envoient l’information « douleur » au cerveau. En général, deux ou plusieurs côtes sont touchées en même temps.

Quels sont les symptômes d’une contusion des côtes ?

Une contusion des côtes provoque une douleur intense dans la zone blessée, qui peut s’aggraver en quelques jours. Elles s’aggravent surtout lorsqu’on respire profondément et qu’on tousse, car les côtes se dilatent lorsqu’on respire. La douleur ressentie lors de la prise d’une respiration peut restreindre la respiration à un point tel que l’essoufflement se produit. Il est important de rester calme malgré les symptômes et de consulter un médecin dès que possible afin d’exclure une côte cassée.

Signes externes de côtes meurtries

De l’extérieur, on ne peut voir qu’une seule marque d’ecchymose dans une contusion de côte : une tache d’abord rouge, puis bleuâtre-lilas, causée par l’ecchymose. La zone meurtrie peut également enfler. Selon la gravité de la contusion, les symptômes disparaissent généralement d’eux-mêmes après deux à trois semaines. L’ecchymose est décomposée par les propres substances du corps et la douleur est réduite. En cas d’ecchymoses graves, jusqu’à huit semaines peuvent également s’écouler.

Que faire en cas de contusion des côtes ?

Tout d’abord, il est important de savoir qu’une contusion des côtes est inoffensive et qu’elle guérira en principe d’elle-même, même sans thérapie. Cependant, il existe des moyens d’accélérer le processus de guérison. Immédiatement après la blessure, vous devez vous détendre et éviter les sports de contact tels que le football ou les arts martiaux. Il est important de refroidir immédiatement les côtes meurtries, par exemple avec des packs réfrigérants ou du gel de sport réfrigérant. Grâce au froid, la douleur est soulagée et un gonflement plus important est également contré.

Exclure les côtes cassées

Il n’est pas facile de distinguer une côte meurtrie d’une côte cassée. Souvent, l’ecchymose est encore plus douloureuse qu’une côte cassée et dure plus longtemps qu’une fracture. Il est donc conseillé de consulter un médecin. Il examinera et palpera la zone et prendra probablement une radiographie de la poitrine. C’est le moyen le plus sûr d’exclure une fracture des côtes.

Première mesure : la satisfaction de la douleur

S’il est certain qu’il s’agit d’une contusion des côtes, le soulagement de la douleur est la première priorité. Demandez à votre médecin de vous conseiller sur le médicament antidouleur qui vous convient le mieux. Il est particulièrement important de faire attention à la respiration normale, qui peut être difficile en raison de la douleur. Si vous limitez votre respiration, cela peut conduire à une pneumonie. Dans les cas graves, la physiothérapie peut être un soutien, dans lequel vous apprenez la technique de respiration correcte.

Après une contusion des côtes, voici comment cela se passe

Comme la douleur est souvent plus forte lorsque les côtes sont soumises à une pression, vous devez essayer de ne pas dormir du côté de l’ecchymose. Un grand oreiller peut aider à ne pas changer de position pendant le sommeil. Les sports et les activités physiques importantes doivent être évités tant que la douleur est encore présente. L’évolution de la maladie varie beaucoup d’une personne à l’autre et vous devriez discuter avec votre médecin traitant de la date à laquelle vous pourrez à nouveau vous exercer pleinement.

Conseils pour une côte meurtrie

  • Refroidissez la zone affectée pendant 48 heures. En mettant de la glace sur vos côtes, vous réduirez la douleur et le gonflement afin que les tissus contusionnés puissent guérir plus rapidement. Posez un sac de glace sur la zone douloureuse immédiatement après l’apparition des douleurs, et suivez ce traitement pendant les 48 heures suivantes. Faites un effort pour ne pas remplacer la glace par une compresse chaude. Prenez un sac des légumes congelés, comme des petits pois ou du maïs, ou mettez des cubes de glace dans un sachet en plastique muni d’une fermeture étanche. Enveloppez le sac dans une serviette ou dans un T-shirt, et placez-le sur les côtes douloureuses.
  • Prenez des médicaments contre la douleur. Si vous avez mal en respirant, vous serez plus à l’aise en prenant des calmants en vente libre, comme l’aspirine, le naproxène ou l’acétaminophène (paracétamol) en respectant les instructions indiquées sur la notice du médicament. Consultez toujours votre médecin avant d’entamer un nouveau traitement pour calmer vos douleurs. Évitez de prendre de l’ibuprofène pendant 48 heures après la lésion, car ce médicament peut ralentir la guérison.
  • Si votre âge est inférieur à 19 ans, vous risquez de contracter le syndrome de Reye. Par conséquent, évitez de prendre de l’aspirine. Vous pouvez continuer à utiliser des analgésiques pendant votre traitement, tant que vos côtes sont douloureuses. Mais, n’oubliez pas de suivre les instructions de votre médecin ou celles inscrites sur le mode d’emploi du médicament.
  • Ayez recours à la chaleur humide au bout de 48 heures. Un tel traitement pendant quelques jours peut diminuer les douleurs et faciliter la guérison. Posez des compresses humides et chaudes sur la zone endolorie. Vous pouvez aussi prendre un bain chaud si vous préférez.
  • Évitez de serrer vos côtes dans un bandage. Dans le passé, on recommandait de mettre un bandage autour de la cage thoracique pour soigner des côtes contusionnées. Cependant, ce traitement n’est plus recommandé, car une mauvaise respiration peut créer des complications comme une pneumonie. Par conséquent, ne mettez jamais de bandage de compression pour traiter une contusion costale.
  • Contrôlez votre respiration. Celle-ci serait difficile si vos côtes sont meurtries. Mais, vous devez vous efforcer de respirer et de tousser si nécessaire afin de ne pas contracter une angine ou des complications respiratoires. Si vous avez besoin de tousser, posez un oreiller sur vos côtes pour réduire le mouvement et la douleur. Respirez profondément très souvent. Efforcez-vous d’inspirer à fond lentement et fréquemment, puis expirez doucement. Si vous ne pouvez pas le faire parce que vos côtes sont très douloureuses, tâchez de faire une respiration profonde par heure.
  • Faites des exercices de respiration. Lorsque vous serez en mesure de respirer régulièrement, inspirez lentement pendant 3 secondes, retenez votre souffle pendant 3 autres secondes et expirez pendant 3 secondes. Répétez cette séquence quotidiennement pendant quelques minutes. Ne fumez pas. Pendant votre guérison, les substances qui irritent les poumons peuvent favoriser les infections. Profitez de cette occasion pour arrêter de fumer.
  • Allez dans un centre de soins. Vous devrez le faire si vos côtes sont cassées. Dans ce cas, celles-ci sont endommagées, mais elles restent dans la cage thoracique. Une côte fracturée est dangereuse, parce qu’elle n’est plus dans sa position normale, et risque de perforer un poumon, un vaisseau sanguin ou un autre organe. Allez dans un centre médical au lieu d’essayer de vous soigner vous-même, si vous pensez souffrir d’une fracture et non d’une simple contusion. Passez légèrement la main sur votre cage thoracique. La zone qui entoure une côte fêlée ou meurtrie pourrait être enflée, mais vous ne devrez voir aucune protubérance ou entaille importante. Si vous suspectez la présence d’une côte fracturée, allez dans un centre médical aussitôt que possible.

Pourquoi avons-nous besoin de nos côtes ?

Les douze paires de côtes font partie de la cage thoracique et protègent les organes vitaux du thorax, à savoir le cœur, l’œsophage, la trachée et les poumons, en formant une cage osseuse en forme d’arc avec le sternum. Un coup sur les côtes ou une chute sur la poitrine amortit les côtes. En raison de leur liaison cartilagineuse avec le sternum, ils ont des propriétés élastiques et ne se cassent donc que rarement. Toutefois, si la force appliquée est très forte, les côtes peuvent se briser.

Plan du site